Gaz naturel : le carburant d’avenir pour les utilitaires ?

0
441

La nécessité de lutter contre la pollution atmosphérique n’est plus à démontrer. Lorsque l’on sait que le transport routier est responsable de 20 % de la production de CO2, il était indispensable pour les professionnels de présenter de nouvelles solutions pour un carburant plus propre en utilisant le gaz naturel !

Gaz naturel le carburant d’avenir pour les utilitaires 1

GNV, GNL : de quoi s’agit-il ?

LE GNV ou gaz naturel pour les véhicules est le même que celui utilisé pour le chauffage ou la cuisson et proposé sur www.gazprom-energy.com. Il existe sous la forme comprimée à 200 bars (GNC) ou liquide à une température de-163 ° C (GNL). Étant constitué à 97 % de méthane, il est plus propre que l’essence ou le diesel.

Il est déjà présent dans de nombreux pays comme les États-Unis, le Canada, l’Italie, l’Argentine… Ce sont plus de 22 millions de véhicules qui roulent avec ce carburant dans le monde. Il commence à faire son apparition en France avec la moitié des villes de France de plus de 200 000 habitants l’ont retenu comme carburant.

Les avantages du gaz naturel comme carburant

En plus d’être un carburant propre qui, comme les voitures électriques sur lesquelles vous pourrez retrouver toutes les informations sur 123automoto.fr, le GNV a également l’avantage d’être moins bruyant que les véhicules dotés d’un moteur diesel et n’émet ni odeur ni fumée.

De plus, il est aussi économique avec un prix variant entre 0,70 € et 1,20 €l. C’est moitié moins cher que l’essence et 30 % de moins que le diesel. De plus, les véhicules légers et utilitaires peuvent faire 1 000 km supplémentaires avec un plein et les poids lourds 500 km. D’ailleurs, il est à noter que le plein se fait aussi rapidement qu’avec un carburant classique.

Gaz naturel le carburant d’avenir pour les utilitaires 3

Un carburant en plein essor

Si le gaz naturel comme carburant n’est pas encore beaucoup développé en France car seulement 14 000 véhicules de ce type sont actuellement en circulation. Le pays manque d’infrastructures et notamment de stations pour permettre aux utilisateurs de faire le plein facilement.

Toutefois, ses avantages reconnus, la directive européenne Alternative Fuels infrastructures et la loi de transition énergétique encouragent son utilisation et cela porte ses fruits. On note ainsi un changement dans les entreprises qui optent pour des flottes de véhicules qui roulent au GNV. C’est le cas de Monoprix, Carrefour, Castorama, Sodexo, Ikea et bien d’autres. Il en est de même avec les sociétés de collecte et de traitement des déchets comme Sita, Veolia, Paprec…

Les collectivités territoriales suivent le mouvement notamment dans les villes de plus de 200 000 habitants dans lesquelles on recense 2 500 bus et 900 bennes roulant grâce à ce carburant dans tout l’Hexagone. À l’image d’Aix-en-Provence, certaines villes ont même fait ce choix pour leurs utilitaires. Quant à l’Île-de-France, le pays de la Loire et la Provence-Alpes-Côte d’Azur, ces régions sont en train d’effectuer des investissements pour développer le GNV et GNL dans le but d’œuvrer vers une mobilité durable. En effet, elles s’intéressent au bioGNV qui est la version renouvelable du GNV.

Et, actuellement, le développement concerne essentiellement les professionnels, pour que le phénomène s’étende aux particuliers, l’association française du GNV a annoncé la création de 250 stations publiques proposant du gaz naturel comme carburant d’ici 2020.

Comme indiqué sur cette page, tout semble ainsi prêt pour le déploiement de ce carburant tant auprès des poids lourds que des utilitaires. Non seulement cela aurait des bénéfices environnementaux importants mais pourrait également créer des emplois. Selon l’AFGNV, 30 000 seraient ainsi créés d’ici 2020.

Toutes les perspectives offertes par ce carburant non polluant laissent présager un bel avenir pour lui et un essor rapide.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here