Kaspersky désormais interdit sur les ordinateurs du gouvernement fédéral américain

0
13

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Les tensions entre Washington et Moscou viennent de franchir un nouveau cap. Craignant d’être espionné par les Russes, le gouvernement américain vient de bannir les solutions Kaspersky des ordinateurs fédéraux.

Kaspersky désormais interdit sur les ordinateurs du gouvernement fédéral américain
Le gouvernement américain bannit Kaspersky de ses ordinateurs.

Le département de la sécurité intérieure (DHS) a invité toutes les agences fédérales, mais également les organismes et les ministères, à désinstaller les logiciels de sécurité Kaspersky dans les 90 jours.

En effet, depuis l’ère Obama, Washington soupçonne l’éditeur de sécurité Kaspersky d’entretenir des liens occultes avec les services de renseignements russes. Pour se prémunir de tout risque d’espionnage et de fuite massive de documents sensibles, le gouvernement américain prévoit de se débarrasser au plus vite des logiciels (les antivirus surtout) édités par Kaspersky.
//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Kaspersky victime des tensions entre les États-Unis et la Russie ?

En mai dernier, la CIA et la NSA étaient montées au créneau pour dénoncer la potentielle dangerosité des solutions Kaspersky Lab. Pour les deux agences de sécurité et d’espionnage, l’éditeur russe était à même de compromettre la sécurité intérieure.

Accusé sur tous les fronts, Kaspersky a publié un communiqué dans lequel il réfutait tous liens avec le gouvernement russe. L’entreprise russe s’est défendue de fournir une quelconque aide à Moscou ou à tout autre pays. C’est ce que l’on peut comprendre en déchiffrant chacune des lignes de ce communiqué.

Par ailleurs, Kaspersky a tenu à rassurer le gouvernement américain en assurant ne pas prendre part à des pratiques d’espionnage ou d’offensive informatique. Pour l’éditeur de sécurité, cela ne fait aucun doute, il n’est qu’une victime collatérale des tensions entre les deux pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here