Le retour au travail pour une majorité de Français ; L’annulation de dette est-elle possible ?

0
646
image_article_nextnews

Le retour au travail pour une majorité de Français

Après plus de 55 jours de confinement, de nombreux français ont retrouvé le chemin du travail ce lundi. En effet, près de 400 000 entreprises comptant plus de 875 000 salariés ont redémarré leur activité ce lundi 11 mai. Le réseau de transport a donc dû s’adapter à cette reprise en augmentant considérablement son offre tout en faisant respecter les mesures sanitaires décidées en amont. Malgré tout, ce premier jour a montré quelques lacunes dans le système, avec notamment la ligne 13 et le RER B saturés aux heures de pointes bien que le trafic fût moindre en comparaison avec une situation normale. En effet, le trafic observé par la SCNF était d’environ 15% par rapport à la moyenne et de 20% pour la RATP.
C’est pourquoi la SNCF affiche désormais un slogan clair : « Merci de laisser le train à ceux qui en ont vraiment besoin ». A cette occasion, des marquages au sol ont été apposé afin de faire respecter la distanciation sociale. En parallèle, nous devrions observer une hausse du nombre de rame afin de limiter la surcharge rencontrée aux heures de pointe.
Par ailleurs, les français ont globalement respecté les mesures avec un port du masque généralisé. L’effort de distribution par les communes avant le jour j, et la commercialisation en masse des masques porte donc ses fruits. Rappelons que le port du masque est devenu obligatoire dans les transports en commun sous peine d’amende au lendemain du premier jour de déconfinement.

L’annulation de dette est-elle possible ?

Dans un contexte d’endettement sévère des états afin de sauver leur économie, le sujet de l’annulation de la dette a été remis sur la table. A l’échelle européenne, ce sont près de 2 000 milliards d’euros dus par les états. La France représente à elle seule 420 milliards d’euros de remboursement planifiés. Activement soutenue par Nicolas Dufrêne, fonctionnaire d’état et l’économiste Alain Grandjean, l’idée n’est pas impossible à réaliser. En effet, juridiquement parlant, la mesure est tout à fait possible. Cependant, malgré une faisabilité d’un point de vue juridique, il reste tout de même la volonté de la Banque Centrale Européenne à éponger les dettes. En effet, l’organisme est absolument indépendant et aucun pays ne peut lui dicter sa politique monétaire.
Ce plébiscite rejoint la demande mondiale. En effet, en ce début de semaine, près de 300 parlementaires issus d’une vingtaine de pays différents ont émis le souhait auprès de la BCE ainsi que du FMI d’annuler les dettes. En guise de réponse, la banque mondiale a annoncé qu’elle réfléchit actuellement à renforcer son soutient auprès des pays les plus pauvres sans pour autant évoquer une annulation de dette qui pourrait nuire à leur note de crédit.
Une annulation de dette est donc tout à fait possible d’un point de vue juridique, mais peu probable à court terme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here