Le Crédit immobilier en 2020

0
167

Les crédits immobiliers sont pour la majorité des cas un passage obligatoire pour l’accès la propriété. Ces derniers permettent de financer toute une partie du bien, qu’il s’agisse d’une acquisition, d’un projet de construction ou encore d’un projet de rénovation.

Le maintien du PTZ

Le prêt à taux zéro (PTZ) est un prêt immobilier créé en 1995 ne présentant aucun intérêt pour le contractant. Le montant final accordé à l’emprunteur dépend de son revenu fiscal, ainsi que du lieu d’achat de son bien immobilier.

Après de longues discussions et débats autour du prêt à taux 0 (PTZ), la décision finale à l’issue des 2 votes de l’Assemblée nationale et du Sénat ont conduit à la reconduction de celui-ci. En effet, Le PTZ justifiait difficilement son existence puisque l’impact espéré de cette politique n’a pas eu l’effet escompté. Mais c’est sans compter sur les efforts de l’Assemblée nationale et du Sénat qui se sont mobilisés pour maintenir le PTZ dans le but de reporter sa suppression à la fin de l’année. C’est pourquoi le prêt à taux zéro sera maintenu pour l’année 2020 est intégrée au projet de loi finances 2020.

2019 : Une année dynamique pour le marché immobilier français

La Banque de France à récemment diffusé les chiffres de l’année 2019. Le crédit immobilier a encore connu une année de croissance en France avec notamment une hausse de 6,5% en période estivale. Ceci s’explique notamment par des taux d’intérêt historiquement bas. En effet, les établissements bancaires subissent de plein fouet la concurrence, ce qui tire vers le bas les taux d’intérêt. En 2019, il était régulier d’obtenir un taux d’intérêt inférieur à 1%. La majorité des crédits immobiliers ce négocient sur 20 ans. Sur l’année 2019 ils se sont négociés en moyenne entre 1 % et 1,3 % seulement. Ces taux sont en très légère hausse en comparaison avec 2018 mais ils restent tout de même hyper compétitifs. En effet il était toujours très intéressant pour les ménages de contracter un crédit en 2019 dans le but de devenir propriétaire.

Par conséquent, ce faible taux ont conduit les anciens contractants à renégocier leur contrat en réalisant des économies sur leurs crédits. Une étude a montré que près de 25 % des demandes de crédits immobiliers sur l’année 2019 représentaient des rachats de crédits.

Enfin, cette croissance en volume s’explique notamment par l’explosion des investissements locatifs réalisés sur le courant de l’année précédente. En effet selon l’étude réalisée par Century 21, plus d’un achat immobilier sur 4 a été réalisé dans un but d’investissement locatif. Ici encore les investisseurs ont également profité des taux historiquement bas pour franchir le cap de l’investissement.

L’application du taux plafond par les banques

Cependant, ces taux de crédit ultra compétitif non pas facilité l’accès à la propriété pour l’ensemble des ménages. En effet, certains demandeurs se sont retrouvés exclus alors qu’ils présentaient une situation financière saine à savoir en dessous du seuil de 33% d’endettement. Ceci s’explique par la pratique dans tout plafond que les banques pratique et au-delà duquel elles n’acceptent plus aucun prêt.

Par conséquent, le refus peut être tout à fait mécanique à cause du système des taux d’usure, et ce, malgré un dossier de demande de financement répondant aux critères d’endettement. Concrètement, la Banque de France met en place un taux plafond qui interdit les banques de prêter à un taux supérieur à celui-ci. Ce taux d’usure est calculé sur la moyenne majorée d’un tiers, des taux appliqués sur le dernier trimestre. Cependant, ce taux d’usure n’a cessé de baisser sur l’année 2019, conduisant à un durcissement dans l’accord de crédit. En effet, puisque les taux d’intérêts plafonds deviennent faibles, les banques s’assurent de prêter uniquement à des dossiers solides. Paradoxalement ce système est censé protéger les emprunteurs, toutefois il empêche les foyers modestes mais néanmoins répondant aux critères de seuil d’endettement de pouvoir contracter un crédit immobilier.

Le rôle de l’apport dans l’obtention de crédits immobiliers en 2020

Puisque le marché de l’immobilier a connu une croissance dynamique, il est alors pertinent de s’intéresser au rôle que constitue l’apport dans l’obtention de crédits immobiliers. Il est vrai que présenter un dossier sans apport ne garantit pas systématiquement un accord de crédit, cependant en apportant quelques garanties et preuves, vous pourrez maximiser vos chances d’obtention. Cela passe notamment par 2 facteurs, à savoir des revenus suffisants ainsi que la preuve d’une bonne gestion de votre budget. De plus, Un CDI est pratiquement obligatoire pour assurer la pérennité de votre situation financière. Paradoxalement, bien que vous ne souhaitiez pas réaliser un apport, vous devrez tout de même prouver au banquier que vous êtes capable d’épargner et donc que vous disposez d’une somme adéquate au projet sur vos comptes courant, livret A, assurance-vie ou autres.

Demande de renseignements sur le crédit immobilier :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here