Mali : le constat sans appel d’Aliou Boubacar Diallo

0
457

Le président d’honneur du parti ADP-Maliba, Aliou Boubacar Diallo, a dressé un constat sans appel sur la situation de son pays, à l’occasion de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance du Mali. Face à la crise politique, économique, intercommunautaire et sécuritaire, le troisième homme de la dernière présidentielle réitère son appel à un dialogue national inclusif.

Comme il l’avait fait l’an dernier lors de son discours à la Nation, Aliou Boubacar Diallo a souhaité rendre hommage avant toute chose aux victimes civiles et militaires de la crise qui frappe de plein fouet le Mali depuis 2012. Une situation de « crise multidimensionnelle » qui s’éternise et qui « continue à ébranler sérieusement l’équilibre social et les fondements même de la République », selon le chef de file d’ADP-Maliba.

« Je reste plus que jamais convaincu que la solution de notre crise réside dans le dialogue. Je l’ai dit l’an dernier à la même date et je le réitère aujourd’hui : un dialogue inclusif, sincère, profond et sans tabou est indispensable », a insisté Aliou Boubacar Diallo au cours de son allocution. S’il affirme avoir « suivi avec grand intérêt les travaux qui ont débuté à Bamako et qui doivent aboutir à l’adoption de termes de référence d’un dialogue national inclusif », M. Diallo regrette que le pays ait « perdu beaucoup de temps et d’énergie depuis un an ».

Des retards et des atermoiements que l’opposant met sur le compte de la mauvaise volonté du pouvoir malien et en premier lieu du président Ibrahim Boubacar Keïta, et des manœuvres mises en œuvre pour affaiblir l’opposition plutôt que de bâtir un dialogue franc et sincère avec toutes les forces vives de la Nation. « J’espère sincèrement que les autorités prendront la mesure de l’attente des maliens en faveur d’un véritable dialogue », a poursuivi Aliou Boubacar Diallo.

Aliou Boubacar Diallo, un riche homme d’affaires reconverti en politique à la suite de la crise de 2012 et de l’avancée des troupes djihadistes vers Bamako, est un des responsables politiques maliens les plus engagés pour la tenue d’un dialogue inclusif national visant à trouver des solutions de consensus pour dépasser les horizons partisans et gérer à la fois la crise sécuritaire et la crise économique (notamment le chômage de masse).

Le dialogue national « peut être un espoir pour les maliens. Il ne faut donc pas qu’il soit un simple faire-valoir. Une énième rencontre sans suite tangible » à condition, toutefois, que « les plus hautes autorités s’engagent de manière inconditionnelle à la mise en œuvre des recommandations qui en seront issues », a conclu Aliou Boubacar Diallo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here