Santé : comment notre corps devient « esclave » de la nicotine ?

0
1432
vapoclope

La nicotine est la substance qui provoque la dépendance dans la cigarette. C’est la forme d’addiction la plus courante dans la planète. Des recherches estiment que le pouvoir « addictif » de la nicotine était équivalent à celui de l’héroïne et de la cocaïne. Chaque « gros » fumeur se retrouve dépendant d’une combinaison de différents stimulants, en fonction de son organisme, ce qui rend chaque addiction unique… c’est d’ailleurs ce qui explique la relative difficulté du sevrage tabagique.

La nicotine : une affaire de doses…

Lorsque vous commencez à fumer, vous pouvez avoir des nausées, des vertiges, des maux de tête ou des maux d’estomac, mais avec le temps, à mesure que vous prenez l’habitude de fumer, vous développez une tolérance à la substance et ces effets deviennent inaperçus. La tolérance fait que vous avez besoin de plus de tabac pour obtenir les mêmes effets.

Le tabagisme de routine amène notre corps à s’adapter à un certain niveau de nicotine. Sans nous en rendre compte, nous régulons le nombre de cigarettes que nous fumons afin de maintenir le niveau de nicotine auquel notre corps s’est habitué. La tolérance de notre corps aux effets désagréables de la nicotine nous permet de nous concentrer sur les effets agréables qu’elle procure.

Les effets psychologiques de la nicotine

Une fois que l’habitude de fumer est bien ancrée, nous avons l’impression que nous avons besoin de fumer pour nous sentir « bien », comme si nos tâches quotidiennes ne pouvaient être accomplies sans une dose de nicotine. Nous commençons à relier nos habitudes de fumeur à un grand nombre de nos activités quotidiennes et sociales, créant ainsi des éléments déclencheurs qui rendent l’envie de fumer irrésistible.

Le déclencheur le plus courant reste la tasse de café, mais aussi, de plus en plus, le fait de parler au téléphone. Nous ne sommes généralement pas conscients des effets psychologiques du tabagisme. Les déclencheurs, les sensations de détente, de réduction du stress et la concentration deviennent automatiques. C’est pourquoi la nicotine est également classée dans la catégorie des substances créant une dépendance psychologique.

Quels sont les impacts du retrait de la nicotine ?

Lorsque vous ne fumez pas pendant un certain temps, vous pouvez ressentir des effets secondaires physiques et psychologiques désagréables, tels qu’un besoin intense de nicotine, de l’anxiété, de la dépression, une prise de poids, des maux de tête, des problèmes de concentration, de la somnolence ou des troubles du sommeil, et une sensation de tension, d’agitation ou de frustration. Ce sont les symptômes du sevrage tabagique.

La présence ou non de ces effets secondaires, ou leur degré, dépend de la durée, de la quantité et de la fréquence de votre consommation de tabac. Elle va également varier d’une personne à l’autre. Les symptômes de sevrage de la nicotine peuvent commencer entre 2 heures et 3 jours après votre dernière cigarette.

Ces effets secondaires sont un signe de dépendance physique à la nicotine. Pour soulager ces symptômes de sevrage, il est utile de réduire progressivement la quantité de nicotine que vous absorbez pendant le processus d’arrêt en utilisant des aides pharmacologiques ou d’autres alternatives comme la cigarette électronique, à condition d’opter pour des marques reconnues. La marque Vaporesso est gage de qualité sur le marché de la cigarette électronique. Elle vous permet d’utiliser des e-liquides avec des concentrations de nicotine dégressives pour un sevrage progressif.

Comment le corps devient-il dépendant à la nicotine ?

Chaque fois que nous allumons une cigarette, la nicotine et d’autres produits chimiques de la fumée sont absorbés par le corps. La nicotine pénètre dans le sang et atteint le cerveau plus rapidement que les autres substances qui entrent par voie intraveineuse. La nicotine affecte de nombreuses parties du corps : elle modifie la façon dont le corps utilise la nourriture (métabolisme), fait battre plus vite notre cœur, accélère notre pouls, augmente notre pression sanguine et nos veines commencent à se resserrer, ce qui rend la circulation sanguine plus laborieuse.

La nicotine agit en stimulant notre système nerveux pour qu’il libère des messagers chimiques spécifiques (hormones et neurotransmetteurs) qui affectent différentes parties de notre cerveau et de notre corps. L’adrénaline est l’une des hormones les plus affectées par la nicotine. Lorsque vous inhalez de la nicotine, vous sentez la libération de cette hormone qui stimule le corps et provoque une augmentation de votre pression sanguine et de votre rythme cardiaque, et vous fait respirer plus fort.

La nicotine active également une partie spécifique de votre cerveau qui vous rend relativement heureux en stimulant la libération de la dopamine. On pense que la libération de dopamine lors de l’inhalation de nicotine est à l’origine des sensations agréables que vous ressentez en fumant, qui peuvent inclure la relaxation et un soulagement de la tension.

Une fois inhalée, la nicotine est rapidement distribuée dans le cerveau, en à peine 10 secondes. Les sensations agréables que vous éprouvez en fumant se produisent très rapidement, mais après avoir fumé quelques fois, la nicotine commence à affaiblir votre capacité à ressentir du plaisir, ce qui vous oblige à consommer davantage de nicotine pour entretenir les bonnes sensations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer un commentaire
Merci d'entrer votre nom ici