Médecine holistique : pourquoi se tourner vers elle et quel intérêt pour notre santé ?

holistique

La médecine holistique constitue depuis longtemps un moyen d’améliorer notre santé globale et même de cibler certaines affections spécifiques. Alors que la plupart des médecins vous diront que les problèmes de santé graves tels que les maladies cardiaques ou rénales ne peuvent pas être corrigés par des pratiques holistiques, de nombreux praticiens et patients affirment que leur santé s’est considérablement améliorée grâce à une approche holistique. Découvrons alors ensemble l’apport de cette médecine à notre santé.

Définition : qu’est-ce que la pratique holistique ?

La pratique holistique est une méthode thérapeutique qui consiste à guérir le malade en tenant compte à la fois de son état physique que spirituel. Elle tient donc compte de la santé générale du malade. Pour certains philosophes, la médecine holistique est un moyen d’atteindre le bien-être total du corps et de l’esprit. En effet, l’objectif principal de la médecine holistique est de trouver un bon équilibre dans la vie.

De plus, certains praticiens holistiques estiment que le corps est constitué de plusieurs parties qui interagissent mutuellement entre elles. Ainsi, si une partie fonctionne mal, les autres suivront tôt ou tard. Par conséquent, traiter ou guérir le corps n’a de sens que si toutes les affections possibles qui peuvent survenir sont traitées.

En outre, un praticien de la médecine holistique combine à la fois de nombreuses techniques de la médecine conventionnelle ou traditionnelle pour soigner. Dans la pratique de la médecine holistique, il est courant de voir le médecin holistique utiliser des médicaments de la médecine classique pour guérir. 

Cependant, pour le praticien, la cible primaire est d’abord la guérison intérieure, la prévention avant un traitement quelconque. Par ailleurs, pour certains philosophes, la médecine holistique est un moyen d’atteindre le bien-être total du corps et de l’esprit. En effet, l’objectif principal de la pratique holistique est de trouver un bon équilibre dans la vie.

Aussi, de nombreux médecins holistiques pensent – ils que le corps entier forme un tout dans lequel toutes les parties interagissent les unes avec les autres. Ainsi, si une partie fonctionne mal, les autres suivront tôt ou tard. Par conséquent, traiter ou guérir le corps n’a de sens que si toutes les affections possibles qui peuvent survenir sont traitées.

Origine et étymologie de la médecine holistique

La médecine holistique consiste à croire en l’importance de la guérison de la personne dans son ensemble plutôt que de la maladie spécifique, de certaines parties du corps ou de certains symptômes. Holistique dérive du terme grec « holos » qui se traduit par « entier ». Les émotions, l’environnement et le mode de vie peuvent jouer un rôle dans la santé tout autant que la médecine. Un médecin peut dire qu’un problème de santé ne peut être résolu tant que vos émotions ne sont pas assainies ou que le patient n’a pas été retiré de son environnement toxique.

Cependant, l’histoire de la médecine holistique remonte à 5 000 ans, avant l’apparition des traitements médicaux. Il existe différents types de pratiques de médecine à base de plantes, comme l’Ayurveda, qui a vu le jour en Inde au 6ème siècle avant J.-C. grâce à Sushruta, connu sous le nom de « père de la chirurgie ». L’herboristerie est la forme la plus ancienne de soins de santé qui permet d’atteindre un équilibre holistique et d’apprendre les propriétés médicinales des plantes.

L’herboristerie occidentale est née dans la Grèce et la Rome antique, puis s’est répandue en Europe, puis en Amérique du Nord et du Sud. Cependant, Hippocrate, connu comme le père de la médecine au 4e siècle avant J.-C., a été le premier à encourager l’auto-guérison du corps. Les médecins ont commencé à accorder moins d’attention à la médecine holistique après avoir découvert que les germes étaient la cause des maladies.

L’accent était mis uniquement sur les symptômes et les affections et sur le fait que la médecine était la solution à tout. On a découvert plus tard que tous les médicaments ne pouvaient pas guérir les maladies et que de nombreux traitements scientifiques avaient échoué. La médecine holistique est revenue pour enseigner aux autres un mode de vie sain, les facteurs environnementaux et la santé émotionnelle.

En revanche, le mouvement holistique occidental moderne que nous connaissons a commencé à la fin des années 1960. Il contribue à apporter une approche plus alternative à celle de la pratique médicale. Les praticiens holistiques ont les mêmes diplômes que les médecins traditionnels, mais peuvent recevoir une formation supplémentaire sur les thérapies par les plantes, la nutrition et les risques environnementaux.

medecine-holistique Les principes de la pratique holistique

La pratique de la médecine s’inscrit dans la même vision que les médecines traditionnelles. Celle d’être une médecine apportant un bienfait alternatif que d’être une médecine typiquement conventionnelle. De plus, son but ultime est de concourir au bien-être intégral du patient. Elle peut donc traiter et surtout prévenir les maladies. Cette condition de santé holistique est définie comme la libre circulation illimitée et sans entrave de l’énergie vitale dans le corps, l’âme et l’esprit.

Ainsi, la médecine holistique englobe toutes les modalités sûres et appropriées de diagnostic et de traitement. Elle comprend l’analyse des éléments physiques, nutritionnels, environnementaux, émotionnels, spirituels voire même du mode de vie. Elle met aussi l’accent sur l’éducation du patient et sa participation au processus de guérison. Par conséquent, elle se base sur plusieurs principes dont :

  •         La recherche des causes sous-jacentes de la maladie au lieu du traitement des symptômes uniquement.
  •         Les médecins holistiques doivent consacrer autant d’efforts à déterminer quel type de patient est atteint d’une maladie qu’à déterminer le type de maladie dont souffre le patient.
  •         Prévenir vaut mieux que le traitement de la maladie.
  •         La maladie est perçue comme étant la conséquence d’un dérèglement de l’organisme et non une manifestation ponctuelle.
  •         Etc.

En savoir plus sur ces disciplines ? Découvrez plus d’informations sur la médecine holistique sur Luc-bodin.fr, spécialiste de la question, conférencier et auteur de nombreux ouvrages.

Les contre-indications de la médecine holistique

Apparemment, il n’existe pas à ce jour une contre-indication par rapport à la médecine holistique. En revanche, les contre-indications sont le plus souvent relatives à la technique et non à la pratique. Ainsi, il est possible de voir des médecins holistiques employer des techniques de massage ou de l’acupuncture pour soigner un mal. En vrai, la méthode holistique diffère d’un praticien à un autre. Chaque spécialiste adapte sa pratique en fonction du malade.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer un commentaire
Merci d'entrer votre nom ici