Les 6 erreurs courantes à éviter lors de l’achat d’un poêle à bois

Khaled D

Publié le

Partagez cet article avec vos proches !

L’achat d’un poêle à bois est une décision importante pour améliorer le confort de votre logement et réaliser des économies sur vos frais d’énergie. Bien que cet équipement présente de nombreux avantages, il existe certains pièges dont vous devez être conscient afin d’éviter les mauvaises surprises. Dans cet article, nous vous présentons les 6 pièges les plus courants à anticiper lors de l’achat d’un poêle à bois.

1. Se laisser séduire par un prix trop bas

Il peut être tentant d’économiser quelques centaines d’euros en optant pour un modèle d’entrée de gamme qui semble alléchant au premier regard, mais cela peut coûter cher à long terme. Un système de chauffage de qualité inférieure occasionne souvent des frais d’entretien plus élevés et une performance moindre, ce qui aura un impact sur l’efficacité de l’appareil et sur votre budget. Il est donc préférable de privilégier un poêle à bois labellisé ou certifié qui garantit un niveau de performance minimal et une durée de vie optimale du matériel.

Les labels à rechercher :

  • Flamme verte
  • NF Environnement
  • Certificat Ecolabel européen

2. Négliger l’importance du rendement

Le rendement d’un poêle à bois est un critère essentiel qui détermine la quantité de chaleur produite par rapport à l’énergie consommée. Un rendement élevé signifie que la plupart des granulés de bois sont convertis en chaleur, ce qui se traduit par des économies sur votre facture d’énergie et une réduction de l’impact environnemental. Les modèles les plus performants offrent un rendement supérieur à 90%, mais il faut être vigilant car certains fabricants annoncent des chiffres exagérés.

Sur le même thème :  Isolation thermique et chauffage : Le duo gagnant pour économiser de l'énergie

Renseignez-vous sur les indicateurs clés :

  • Rendement saisonnier
  • Performances énergétiques et environnementales
  • Temps de réaction et variation de puissance

3. Oublier le critère de la capacité du réservoir

La taille du réservoir d’un poêle à bois influe directement sur son autonomie, c’est-à-dire sa capacité à maintenir une température constante sur une longue période sans besoin de recharger en bois. Un réservoir trop petit peut causer des désagréments liés au rechargement fréquent et aux variations de la température ambiante. De plus, un réservoir avec une faible capacité implique davantage de manipulations pour les consommateurs. Il est donc conseillé de choisir un modèle doté d’un réservoir d’une capacité adaptée à vos besoins et à la superficie de votre logement.

Quelques conseils pratiques pour déterminer la capacité du réservoir :

  • Calculez l’autonomie en fonction de la consommation moyenne par heure et par jour
  • Pensez à votre rythme de vie et à vos habitudes de recharge
  • Anticipez le coût et la disponibilité du bois sur votre zone d’habitation

4. Sous-estimer les contraintes d’installation

Installer un poêle à bois ne s’improvise pas et nécessite de prendre en compte certains aspects techniques liés à votre logement. Les erreurs d’installation peuvent entraîner une mauvaise combustion du bois, une qualité de chauffe moins efficace voire même représenter un risque pour votre sécurité ou celle de vos proches. Il est donc crucial de suivre les préconisations du fabricant en matière d’emplacement, de raccordements électrique et hydraulique ainsi que de ventilation et d’évacuation des fumées.

Sur le même thème :  5 choses à savoir avant d'investir dans des panneaux solaires pour votre maison

Les points essentiels à vérifier lors de l’installation :

  • Respecter la distance minimale entre le poêle et les matériaux combustibles
  • Vérifier l’étanchéité des conduits d’évacuation des fumées et gaz de combustion
  • Sélectionner un conduit de fumée adéquat (normes NF DTU)

5. Ignorer l’entretien de l’appareil

Un poêle à bois requiert un entretien régulier et minutieux pour garantir son bon fonctionnement et prolonger sa durée de vie. Des pièces détachées mal entretenues ou non remplacées augmentent les risques de pannes et réduisent la performance de votre appareil, se traduisant par une hausse des frais d’entretien. Avant l’achat d’un poêle à bois, il est important de connaître les différentes tâches d’entretien à réaliser ainsi que la fréquence recommandée.

Liste non-exhaustive des éléments à nettoyer ou à vérifier :

  • Dévisser et nettoyer le brûleur chaque semaine
  • Aspirer les cendres dans le compartiment de combustion et du réservoir hebdomadairement
  • Effectuer un contrôle annuel par un professionnel agréé

6. N’accorder aucune importance au bruit généré

Le confort acoustique est un aspect souvent sous-estimé lors de l’achat d’un poêle à bois. Pourtant, certains modèles peuvent émettre un niveau de bruit gênant pour les occupants du logement, en particulier lorsqu’ils sont placés dans une zone de vie commune (salon, cuisine). Il est donc judicieux de privilégier un appareil avec un niveau sonore minimal afin d’éviter de perturber vos moments de détente à la maison.

Pour réduire le bruit lié à votre poêle à bois :

  • Choisissez un modèle avec une ventilation dissociée
  • Préférez les appareils équipés de composants silencieux (moteurs basse vitesse, ventilateurs brushless)
  • Positionnez votre poêle dans un emplacement isolé ou éloigné des zones sensibles au bruit

En tenant compte de ces conseils et en évitant les pièges évoqués précédemment, vous serez plus à même d’investir dans un poêle à bois parfaitement adapté à vos besoins et vous garantissant un confort optimal tout en réalisant des économies sur vos dépenses énergétiques.

Khaled D

Partagez cet article avec vos proches !

Laisser un commentaire