Quelles aides de l’État seront disponibles pour l’installation de panneaux solaires en 2024 ?

Khaled D

Publié le

Partagez cet article avec vos proches !

Dans un contexte où la transition énergétique est au cœur des préoccupations, l’installation de panneaux solaires dans les foyers est en constante augmentation. Afin d’encourager cette démarche écologique et économique, le gouvernement propose différentes subventions et aides financières aux particuliers et professionnels qui souhaitent investir dans l’énergie solaire. Il est donc essentiel de bien connaître ces dispositifs afin de maximiser votre retour sur investissement.

Aides à financer votre installation solaire photovoltaïque : Les principales aides de l’état

L’Etat offre plusieurs dispositifs pour soutenir les projets d’installations solaires chez les particuliers et les entreprises. Parmi les mesures les plus intéressantes, on peut citer :

  • La prime à l’autoconsommation : Cette aide financière est calculée en fonction de la taille de l’installation solaire et du niveau de l’investissement réalisé.
  • Le soutien financier des collectivités territoriales : Certaines régions et communes proposent des subventions pour l’installation de panneaux solaires. Les conditions et les montants varient selon les collectivités, il est donc important de se renseigner auprès de sa mairie ou de sa région.
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) : Ce prêt sans intérêts, d’un montant maximal de 30 000 €, est destiné à financer les travaux de rénovation énergétique dans les logements anciens, dont l’installation de panneaux solaires.

Anah et ses aides financières

L’Agence nationale de l’habitat (Anah) propose également des aides financières pour encourager la réalisation de travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements privés. Ces aides concernent principalement les propriétaires occupants aux revenus modestes, ainsi que les copropriétés en difficulté.

  • MaPrimeRénov’ Sérénité : Destiné aux propriétaires-occupants à faibles ressources. L’aide est proportionnelle au montant des travaux dans la limite d’un plafond de travaux subventionnables fixé à 35 000 € HT par logement. Elle correspond à partir du 1er octobre 2023 à :
    • 65 % du montant des travaux pour les ménages très modestes (22 750 € maximum).
    • 50 % du montant des travaux pour les ménages modestes (17 500 € maximum).
  • Aides aux syndicats de copropriétaires : Dans le cadre de la rénovation énergétique d’un immeuble, l’Anah peut accorder des subventions pour financer les travaux visant à installer des panneaux solaires dans les parties communes du bâtiment. Les aides varient entre 25% et 50% du montant des travaux.
Sur le même thème :  5 choses à savoir avant d'investir dans des panneaux solaires pour votre maison

Conditions et critères d’éligibilité aux différentes aides

Pour bénéficier des soutiens financiers proposés par l’état et les collectivités territoriales, il est nécessaire de remplir certaines conditions :

  • Etre propriétaire occupant ou locataire : La plupart des dispositifs sont accessibles aux propriétaires occupants leur logement, ainsi qu’aux locataires, à condition que le bailleur donne son accord. Certains programmes tels que Habiter Mieux Sérénité sont spécifiquement destinés aux propriétaires-occupants (sous réserve de conditions de ressources).
  • Avoir un logement ancien : L’éco-prêt à taux zéro est réservé aux logements construits avant le 1er janvier 1990. Pour être éligible à un crédit d’impôt, l’habitation doit être achevée depuis plus de deux ans.
  • Effectuer les travaux adéquats : Le CITE, l’éco-prêt à taux zéro, ainsi que les aides Anah concernent uniquement des travaux destinés à améliorer la performance énergétique du logement, dont l’installation de panneaux solaires. Pour la prime à l’autoconsommation, il est nécessaire de produire de l’électricité photovoltaïque.
  • Faire appel à un professionnel qualifié RGE ou QualiPV : Les aides financières sont soumises à la condition d’avoir recours à des entreprises certifiées Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) ou bénéficiant du label QualiPV pour les travaux d’installation des panneaux solaires.

Démarches et formalités à accomplir pour obtenir les aides

Pour percevoir les subventions et aides disponibles pour une installation solaire :

  1. Renseignez-vous auprès des organismes compétents : mairie, région, Anah, etc., pour connaître les dispositifs auxquels vous êtes éligible.
  2. Sollicitez plusieurs devis auprès de professionnels certifiés RGE ou QualiPV, en veillant à ce qu’ils détaillent bien le matériel et la main d’œuvre.
  3. Lancez vos travaux après avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires, notamment auprès de votre mairie pour des travaux effectués sur le toit.
  4. Conservez tous les justificatifs : factures, attestation RGE/QualiPV, etc., car ils seront exigés lors de votre demande d’aides.
  5. Effectuez vos demandes d’aides auprès des organismes concernés, en respectant les délais impartis : généralement dans les trois mois suivant la fin des travaux pour le CITE et l’éco-PTZ, dans l’année qui suit la fin de l’installation pour la prime à l’autoconsommation.
Sur le même thème :  Chauffage : Choisissez le meilleur système avec ces conseils

En conclusion, en vous informant sur les diverses subventions et aides disponibles pour une installation solaire, et en respectant les conditions et démarches requises, il est possible de bénéficier d’un soutien financier non négligeable qui facilitera votre projet et favorisera un retour sur investissement rapide. N’hésitez donc pas à prendre contact avec les différents organismes compétents et à faire appel à des professionnels certifiés pour mener à bien vos travaux d’installation solaire.

Khaled D

Partagez cet article avec vos proches !

Laisser un commentaire