Investir son argent : les 8 erreurs que font 90 % des investisseurs (et qui leur coûtent cher)

Khaled D

Publié le

les 8 erreurs que font les investisseurs

Partagez cet article avec vos proches !

Investir son argent peut sembler une tâche intimidante, surtout si l’on ne connaît pas les pièges à éviter. Pour ceux qui souhaitent maximiser leurs rendements et minimiser les risques, comprendre les erreurs courantes liées aux investissements est primordial. Dans cet article, nous explorerons les principales erreurs que font souvent les investisseurs et comment les contourner pour assurer une stratégie d’investissement réussie.

Ne pas diversifier son portefeuille

Une des erreurs les plus fréquentes que commettent les investisseurs est de ne pas diversifier leur portefeuille. Concentrez tout votre capital dans quelques actifs seulement peut augmenter significativement votre risque de perte.

Importance de la diversification

Diversifier signifie répartir ses investissements parmi différentes classes d’actifs telles que les actions, les obligations, l’immobilier et autres. Cette stratégie permet de réduire le risque global puisque la performance d’un actif ne détermine pas celle de l’ensemble du portefeuille.

  • Actions : Permet un potentiel de croissance élevé, mais implique également un risque accru.
  • Obligations : Moins risquées, elles fournissent des revenus stables sous forme d’intérêts.
  • Immobilier : Offre une protection contre l’inflation et des flux de trésorerie réguliers grâce aux loyers.
  • Matières premières : Peuvent agir comme une couverture contre l’inflation et présenter une faible corrélation avec les marchés boursiers.

Exemple pratique

Considérez un investisseur qui ne possède que des actions technologiques. Si ce secteur subit une chute massive, cet investisseur pourrait perdre une part importante de son capital.

En revanche, quelqu’un qui a aussi investi dans de l’immobilier et des obligations verrait certaines pertes compensées par des gains ou une stabilité dans ces autres domaines.

Suivre aveuglément les gourous financiers

Il est tentant de suivre les conseils des experts financiers et des gourous célèbres sans réaliser sa propre recherche. Cependant, cette approche peut souvent conduire à des décisions suboptimales.

L’importance de faire ses propres recherches

Chaque investisseur a des objectifs financiers uniques, que ce soit à court, moyen ou long terme. Faire ses propres recherches permet de prendre des décisions éclairées adaptées à sa situation personnelle plutôt que de s’appuyer uniquement sur les recommandations des autres.

Sur le même thème :  Investissement : Comment sélectionner le bon projet de crowdfunding immobilier ?

Les professionnels peuvent se tromper, et même les stratégies qui ont bien fonctionné pour eux peuvent ne pas vous convenir. Un exemple bien connu est celui des personnes ayant suivi aveuglément les conseils d’investisseurs bien médiatisés pendant la bulle technologique des années 2000, ce qui a conduit à des pertes énormes lorsque le marché s’est effondré.

Ne pas tenir compte des émotions

Les émotions sont souvent l’ennemi des bons investissements. Les décisions dictées par la peur ou la cupidité peuvent compromettre gravement les résultats financiers.

Gérer la peur

Lorsqu’un marché baisse, la panique peut pousser certains investisseurs à vendre massivement. Ce comportement réactif peut cristalliser des pertes au lieu de permettre une récupération éventuelle des valeurs vendues.

Gérer la cupidité

À l’opposé, lorsqu’un marché monte fortement, l’euphorie peut inciter à acheter à des prix élevés, misant sur une hausse continue. Ce scénario alimente parfois des bulles spéculatives qui finissent par éclater.

Un exemple classique de gestion émotionnelle inappropriée est vu durant les crashes boursiers, où des investisseurs sabordent leur portefeuille en liquidant leurs positions au pire moment possible, seulement pour voir les prix rebondir après qu’ils soient sortis du marché.

Ignorer les frais et taxes

Des frais et des charges négligés peuvent ronger silencieusement vos gains potentiels. Qu’il s’agisse de frais de courtage, de frais de gestion de fonds ou d’impôts sur les gains en capital, ceux-ci doivent être pris en compte dans toute stratégie d’investissement.

Frais de courtage et de gestion

Souvent, des plateformes de trading facturent des commissions par transaction. Bien que chacune puisse sembler insignifiante, cumulativement, elles peuvent diminuer nettement votre rendement. De la même manière, des frais de gestion annuels associés aux fonds communs de placement érodent progressivement les bénéfices.

Impôts sur les gains en capital

Les taux d’imposition sur les gains en capital varient selon la juridiction et peuvent atteindre des niveaux élevés. Ignorer ces implications fiscales peut fausser les projections de rendements nets et doit donc être intégré lors de la planification initiale de vos investissements.

Ne pas avoir de stratégie d’investissement claire

Sans une vision claire et définie, il devient difficile de naviguer les mers agitées des investissements. Définir ses objectifs, ses moyens et sa tolérance au risque dès le départ est fondamental pour construire un portefeuille résilient.

Sur le même thème :  Les 10 habitudes financières qui vous rendront pauvre si vous n'y renoncez pas !

Définition des objectifs

Vos objectifs d’investissement peuvent inclure l’achat d’une maison, la préparation de la retraite, financer l’éducation de vos enfants ou simplement accroître votre patrimoine. Il importe de fixer des cibles précises pour guider vos choix.

Tolérance au risque

Certains investisseurs sont prêts à accepter des fluctuations importantes en échange de rendements potentiellement plus élevés, tandis que d’autres préfèrent des rendements modestes mais stables. Évaluer votre propension à tolérer des pertes provisoires versus des rendements à long terme est crucial.

Par exemple, un jeune professionnel avec une longue carrière devant lui pourrait s’autoriser plus de prise de risque comparé à quelqu’un proche de la retraite pour qui préserver le capital est prioritaire.

Sous-estimer l’importance du temps

L’une des maximes d’investissement les plus puissantes est le vieil adage « le temps, c’est de l’argent ». Attendre le bon moment avant d’investir ou sortir rapidement du marché peuvent être des erreurs handicapantes.

Le pouvoir de la capitalisation composée

La patience permet de saisir pleinement les avantages de la capitalisation composée où les gains génèrent eux-mêmes des revenus supplémentaires au fil du temps. Plus longtemps votre argent reste investi, plus ce phénomène joue en votre faveur.

Timing du marché

Essayer d’avoir les entrées et sorties parfaites du marché repose plus sur la chance que sur une réelle possibilité stratégique prédictive. Les études montrent que manquer quelques-uns des meilleurs jours du marché peut sérieusement affecter vos retours globaux.

Pour illustrer, imaginons deux investisseurs : Anne qui reste investie de manière constante sur 30 ans et Pierre qui essaie de temporiser ses achats et ventes sur la même période. Anne aura probablement accumulé davantage grâce aux différents cycles haussiers observés, malgré les baisses intermédiaires.

Ne pas réévaluer régulièrement son portefeuille

Le marché est en perpétuel mouvement tout comme vos besoins financiers. Une révision périodique ainsi qu’un ajustement de votre portefeuille s’avèrent nécessaires afin de maintenir l’alignement avec vos objectifs initiaux.

Surveillance constante

Revoir régulièrement vos investissements aide à identifier les zones nécessitant des ajustements. Certains secteurs peuvent devenir obsolètes ou connaissent des changements structurels réduisant leur pertinence future.

Rééquilibrage

Le rééquilibrage périodique consiste à vendre certaines parts de classes d’actifs ayant surperformé et à investir dans celles sous-représentées. Ceci ramène proportionnellement chaque catégorie à son ratio cible original permettant de contenir le risque.

Par exemple, supposons que vous souhaitez allouer 70% en actions et 30% en obligations initialement. Si la valeur des actions croît à 80%, un rééquilibrage consisterait à vendre une partie de vos actions et acheter davantage d’obligations pour revenir au seuil souhaité.

Sur le même thème :  Les habitudes financières des millionnaires : que pouvons-nous apprendre d'eux ?

Négliger l’étude du marché et des tendances économiques

Enfin, une bonne compréhension du contexte économique et des dynamiques de marché sous-jacentes guide les stratégies optimales d’allocation d’actifs et les anticipations fluides adaptatives.

Analyse fondamentale

Cela comprend l’exploration détaillée des ratios financiers d’une entreprise, de sa position concurrentielle, et d’autres aspects qualitatifs susceptibles d’influencer ses perspectives futures.

Suivi macroéconomique et politique monétaire

Les performances des investissements sont souvent influencées par les politiques gouvernementales (fiscales et réglementaires), les cycles économiques (récessions ou expansions) et les taux d’intérêt modifiés par les banques centrales. Prêter attention à ces éléments offre une vue consolidée complétive anticipative.

Un bel exemple est lors de crises économiques globales, telles que celle générée par la pandémie COVID-19. Savoir lire entre les lignes pour détecter les tendances possibles permet non seulement de protéger son capital mais aussi de trouver des opportunités inédites lors de récupérations lentes.

Khaled D

Partagez cet article avec vos proches !