Le baril au plus bas, le secteur de l’automobile qui s’effondre , la presse quotidienne au plus mal, La hausse du chômage partiel , Le marché immobilier en pause jusqu’au 11 mai

0
484
news

Le baril au plus bas

Le 20 avril 2020 fut une journée historique pour le secteur pétrolier. En effet, la cours du brut WTI était descendu sous la barre de 0$ pour atteindre -37,63$ en fin de journée, une première dans l’histoire. Ce phénomène s’explique naturellement par une chute spectaculaire de la demande saturant notamment les capacités de stockages. Par conséquent, les détenteurs des contrats n’ont pas hésité à s’en débarrasser notamment en réalisant vendre à perte avant l’échéance datée du 22 avril. L’instabilité des cours pourrait conduire, à terme, à la fermeture des certains sites.

Le secteur de l’automobile qui s’effondre

Le confinement étant officialisé au 15 mars 2020, le marché automobile français a subi de plein fouet les conséquences de la crise COVID 19. En effet, sur le mois de mars, le vente d’automobiles neuves en France a chuté de près de 72%. Pour cause, les constructeurs automobiles sont totalement à l’arrêt en France depuis la mi-mars. Le redémarrage des activités est prévu prochainement, et se fait au compte-goutte selon les précautions sanitaires de chaque site. Cependant, les cadences de production seront fortement ralenties pour cause de respect des nouvelles normes qui devront être mises en place.

La presse quotidienne au plus mal

Tandis que Paris Normandie se retrouve en situation de liquidation judiciaire, les autres acteurs de la presse quotidienne sont également concernés par une santé économique très fragile. En effet, les distributeurs étant fermés depuis l’officialisation du confinement, la diffusion de la presse a ainsi été fortement impactée. Une lueur d’espoir cependant avec les chiffres à la hausse des sites internet des journaux nationaux. Le secteur de la presse étant mis à mal depuis déjà quelques années, la poursuite de son développement doit nécessairement passer par ce canal encore sous-exploité selon les récent chiffres de progression frôlant parfois même les 200% sur un an, à l’exemple du journal Libération.

La hausse du chômage partiel

Au 22 avril 2020, près d’un salarié sur 2 était en situation de chômage partiel. En effet, plus de 800 000 entreprises ont eu recours à ce dispositif pour près de 10 millions de salariés en France. Pour faire face à cette mesure, le gouvernement a instauré une aide de plus de 20 milliards d’euros visant à aider les salariés et protéger les entreprises. Le nombre de travailleurs au chômage partiel devrait poursuivre sa hausse jusqu’au 11 mai, date à laquelle, le programme de déconfinement est prévu. Un défi de plus à relever pour l’état afin de maintenir sa santé financière.

Le marché immobilier en pause jusqu’au 11 mai

Alors que le marché immobilier était en constante progression durant les dernières années, la crise COVID-19 est venue mettre un sérieux coup d’arrêt à cette tendance. Les notaires anticipent néanmoins une forte reprise de l’activité au lendemain du déconfinement. Pour cela, il faudra tout d’abord autoriser à nouveau les déménagements. A l’approche de l’échéance, la situation demeure tout de même assez floue sur le devenir à court terme de l’activité. En effet, près de 3000 agences sont aujourd’hui menacées par une fermeture à court ou moyen terme car non préparée à une telle situation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here