Le registre des associés en SCI : Pourquoi et comment le tenir ?

Khaled D

Publié le

Rejoignez-nous sur les réseaux :)

Le registre des associés en Société Civile Immobilière (SCI) est un document essentiel qui doit être tenu à jour régulièrement par les gérants de la société. Cet article vous explique pourquoi il est nécessaire de bien le tenir, ainsi que les différentes étapes pour le mettre à jour.

Qu’est-ce que le registre des associés en SCI ?

Le registre des associés est un document obligatoire que toutes les SCI doivent posséder. Il recense l’ensemble des informations relatives aux associés de la société, telles que :

Il doit également mentionner les opérations de cession ou d’échange de parts sociales, ainsi que toutes modifications intervenues au cours de la vie de la SCI.

Pourquoi tenir un registre des associés en SCI ?

Respecter les obligations légales

Premièrement, la tenue du registre des associés est une obligation légale prévue par l’article 34 de la loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés. Les gérants sont donc tenus de s’y conformer, sous peine de sanctions.

Sur le même thème :  5 raisons surprenantes d'opter pour une SCI. La 3ème va vous étonner !

Disposer d’un suivi clair et précis des associés

Le registre des associés permet également de disposer d’un suivi clair et précis des associés et de leurs participations dans la société. Il constitue un outil essentiel pour les gérants, qui peuvent ainsi connaître en temps réel la répartition des pouvoirs et des droits financiers au sein de la SCI.

Faciliter la gestion des assemblées générales

La tenue du registre facilite grandement l’organisation des assemblées générales de la SCI, puisqu’elle permet d’établir rapidement la liste des personnes habilitées à participer et à voter. De plus, il permet aux gérants de vérifier la validité des votes, notamment en cas de contestation ou de litige entre associés.

Comment tenir le registre des associés en SCI ?

Mise en place initiale

Pour mettre en place le registre des associés, il convient tout d’abord de recueillir l’ensemble des informations relatives aux associés, telles que mentionnées précédemment. Ces informations doivent être inscrites sur un support durable, comme un cahier ou un classeur, et conservées au siège social de la SCI. Il est également recommandé de conserver une copie du registre sous format électronique, afin de faciliter les recherches et mises à jour ultérieures.

Inscription des nouvelles opérations

A chaque fois qu’une nouvelle opération affectant les parts sociales a lieu (cession, échange, etc.), il est nécessaire de mettre à jour le registre des associés. Cela implique d’inscrire :

  • La date de l’opération
  • L’identité du ou des cédants et du ou des cessionnaires
  • Le nombre de parts sociales concernées
  • Le prix de cession ou d’échange
Sur le même thème :  SCI : Les stratégies d'investissement pour construire un portefeuille immobilier solide

Il est également important de mentionner toute modification des informations personnelles des associés (changement d’adresse, mariage, etc.).

Mise à jour régulière

Pour assurer une bonne gestion du registre, il est conseillé de procéder à une vérification et une mise à jour annuelle des informations contenues dans le document. Cela peut être l’occasion de détecter d’éventuelles erreurs ou omissions et de les corriger rapidement.

Conservation des justificatifs

Enfin, il est recommandé de conserver l’ensemble des justificatifs relatifs aux opérations inscrites au registre, tels que :

  • Les actes de cession ou d’échange
  • Les notifications de changement d’adresse
  • Les pièces d’identité des nouveaux associés

Ces documents doivent être conservés pendant toute la durée de vie de la SCI, ainsi qu’au-delà en cas de dissolution, selon les délais légaux de prescription.

Quelles sont les sanctions en cas de non-tenue du registre ?

La non-tenue ou la tenue irrégulière du registre des associés en SCI peut entraîner plusieurs types de sanctions :

  • Sanctions civiles : les décisions prises lors des assemblées générales pourront être annulées si elles sont entachées d’irrégularités liées au registre, ce qui peut avoir des conséquences importantes sur la vie et la gestion de la SCI.
  • Sanctions pénales : les gérants peuvent être poursuivis pour abus de confiance s’il est établi qu’ils ont omis de tenir le registre dans le but de dissimuler certaines opérations ou de tromper les associés. Ils encourent alors une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison et 375 000 euros d’amende.
Sur le même thème :  SCI : Les 5 pièges courants à éviter pour les nouveaux investisseurs

Pour éviter ces sanctions, il est donc essentiel pour les gérants de bien tenir le registre des associés, en respectant les règles et formalités mentionnées ci-dessus.

Khaled D