Les 7 vérifications à faire avant de signer un bail de location

Khaled D

Publié le

Rejoignez-nous sur les réseaux :)

La signature d’un bail de location est une étape importante dans la vie d’un locataire. Afin d’éviter les mauvaises surprises, il convient de prendre le temps de bien vérifier certains éléments clés du bail. Dans cet article, nous allons vous présenter les principales vérifications à effectuer avant de signer un bail de location.

L’identité et les coordonnées du bailleur

Premièrement, il faut vérifier l’identité du bailleur ainsi que ses coordonnées. En effet, il peut s’agir d’une personne physique ou morale (par exemple, une société). Vérifiez notamment :

  • Le nom complet du bailleur ou la dénomination sociale de la société
  • L’adresse du domicile ou du siège social selon le cas
  • Le numéro de téléphone
  • L’adresse e-mail

Veillez également à ce que le bailleur soit bien le propriétaire du logement concerné. Vous pouvez demander une copie du titre de propriété ou consulter le fichier immobilier correspondant.

La description et la surface du logement

Le bail doit contenir une description précise du logement, de manière à éviter toute ambiguïté sur les lieux loués. Assurez-vous que cette description corresponde bien au logement visité. Par ailleurs, en France, le bail doit mentionner la surface habitable du logement en respectant la loi Boutin. Attention : cette surface n’inclut pas les caves, greniers non aménageables, balcons, terrasses et autres dépendances similaires.

Sur le même thème :  Déménagement sans stress : Les conseils pour organiser votre transition en douceur

Le montant du loyer et des charges locatives

Il est crucial de connaître le montant du loyer avant de signer un bail de location. Ce montant doit être conformément aux règles encadrant les loyers, notamment dans les zones tendues où il existe un plafonnement. De plus, vérifiez si le bailleur demande un dépôt de garantie (équivalent à deux mois au maximum) ou une caution solidaire, pour assurer le paiement du loyer.

Les charges locatives doivent également être clairement indiquées dans le bail. Il peut s’agir de charges récupérables (entretien, taxes, consommations d’eau et d’électricité…) ou encore de provisions pour charges avec régularisation annuelle.

La durée du bail et les modalités de congés

La durée du bail varie en fonction de la nature du logement et du profil du locataire. En général, la durée minimale est de trois ans pour un logement nu loué par un particulier, et d’un an renouvelable pour un logement meublé. Certaines situations bénéficient de durées spécifiques, comme la location étudiante ou la mobilité professionnelle. Prenez le temps de bien comprendre les dispositions relatives à la durée du bail et aux modalités de renouvellement ou de résiliation.

En cas de départ du logement, le locataire doit respecter un préavis, dont la durée varie selon la situation. En général, il est de trois mois pour un logement nu et d’un mois pour un meublé. Toutefois, dans certaines situations particulières (zone tendue, mutation professionnelle…), il peut être réduit à un mois.

Sur le même thème :  Immobilier : Les conseils pour organiser des visites de votre logement en location

Les diagnostics immobiliers obligatoires

Divers diagnostics immobiliers sont obligatoires et doivent être fournis par le bailleur avant la signature du bail. Les principaux sont :

  • Le diagnostic de performance énergétique (DPE)
  • Le diagnostic amiante (pour les immeubles construits avant 1997)
  • Le diagnostic plomb (pour les logements construits avant 1949)
  • Le diagnostic gaz (pour les installations de plus de 15 ans)
  • Le diagnostic électricité (pour les installations datant de plus de 15 ans)
  • L’état des risques et pollutions (ERP)

Ces diagnostics permettent au locataire d’être informé de l’état du logement et d’anticiper d’éventuelles dépenses en matière de sécurité ou de consommation énergétique.

La répartition des charges entre bailleur et locataire

Le bail doit préciser clairement la répartition des charges entre le bailleur et le locataire. Ainsi, le locataire saura quelles dépenses seront à sa charge ou non. Le principe général veut que le bailleur supporte les dépenses liées à l’entretien et la réparation des parties communes, tandis que le locataire supporte celles liées aux équipements mis à sa disposition. Toutefois, cette répartition peut être modifiée par des dispositions spécifiques inscrites au bail.

Les clauses particulières et annexes

Enfin, examinez attentivement les clauses particulières insérées dans le bail. Elles peuvent notamment concerner :

  • La sous-location ou la colocation
  • L’autorisation d’exercer une activité professionnelle dans le logement
  • Le paiement de travaux réalisés par le locataire
  • Les obligations en matière d’assurance habitation
Sur le même thème :  Locataires : Comment négocier votre bail et sortir gagnant ?

Pour faciliter votre compréhension du bail, le bailleur devra également vous fournir des annexes explicatives, comme un notice d’information sur la location et les droits de chacun.

Il est important de prendre le temps nécessaire pour effectuer ces vérifications et de bien lire et comprendre le bail proposé avant de le signer. N’hésitez pas à poser des questions au bailleur ou à vous faire accompagner par un professionnel si vous avez des doutes ou des incertitudes.

Khaled D