Pourquoi la cybersécurité proactive est indispensable dans un contexte de cybermenaces toujours plus sophistiquées

Geoffrey

Publié le

Pourquoi la cybersécurité proactive est indispensable dans un contexte de cybermenaces toujours plus sophistiquées

Partagez cet article avec vos proches !

Comme en matière de santé où prévention et traitements curatifs sont deux volets opposés, mais souvent complémentaires, en matière de cybersécurité, il existe également une forme de prévention : la cybersécurité proactive. Fréquemment ignorée en milieu professionnel comme à titre personnel, la cybersécurité proactive est pourtant devenue essentielle à adopter face à une menace cybernétique grandissante.
 

Que signifie être proactif en matière de cybersécurité ?

Être proactif signifie anticiper les problèmes, besoins ou changements futurs et prendre les mesures appropriées. Dans le contexte de la cybersécurité, la proactivité désigne toutes les mesures que vous mettez en place avant qu’une attaque ne se produise.

La plupart du temps, les entreprises ne se préparent pas correctement face aux cybermenaces potentielles dont les conséquences sont immenses. Contrairement à la réponse à une attaque après qu’elle se soit déjà produite, les mesures de sécurité proactive se concentrent sur la prévention des attaques avant qu’elles n’aient lieu.

Concrètement, la cybersécurité proactive comprend tous les processus menés régulièrement à titre individuel ou au sein d’une organisation pour prévenir les risques.
 

Pourquoi la cybersécurité proactive est-elle importante ?

Une stratégie proactive en matière de cybersécurité est toujours préférable pour de nombreuses raisons :

  • Comprendre les menaces auxquelles vous êtes exposé : il est essentiel de comprendre les risques encourus, les types d’attaques auxquelles vous pouvez être confronté, les dégâts possibles et les conséquences financières, personnelles et sécuritaires qui peuvent en découler.
  • Savoir ce que vous devez protéger : une meilleure connaissance des menaces vous permettra de mieux cerner quelles sont les cibles des pirates. Vous pourrez ainsi identifier précisément quelles données protéger, quels sont les processus les plus exposés et quelles attaques peuvent le plus fragiliser un processus industriel ou commercial.
     
  • Posséder une base de procédures de référence : c’est particulièrement vrai en milieu professionnel où il est vital d’avoir des règles communes, facilement transmissibles au nouveau personnel et qui évitent la dispersion des méthodes. Dans le cadre personnel et familial, on retrouve les mêmes avantages : utiliser des outils communs de prévention et de sécurité, employer les mêmes méthodes et éviter de chercher à chaque fois la solution ou la bonne attitude face à une tentative d’attaque.
     

Enfin, il faut bien comprendre que réagir a posteriori en matière de cybersécurité ne vous conduira d’abord qu’à envisager des solutions de réparation (coûteuses et souvent paralysantes), et vous laissera toujours avec un temps de retard sur les hackers. De plus, la réactivité en matière de sécurité ne vous permet pas d’anticiper les nouvelles menaces, face à des programmes et des techniques cybercriminelles en constante évolution.

Que doit comporter une cybersécurité proactive ?

La cybersécurité proactive doit d’abord être une philosophie et une politique sécuritaire mise en place avec des moyens de révision, de veille et de mise à jour. Mais elle doit également comporter des outils et des moyens concrets comme ceux cités ci-dessous.

  • L’installation d’un pare-feu : les pare-feu sécurisent votre réseau et vos informations en gérant le trafic réseau, en bloquant le trafic entrant non sollicité et en analysant l’ensemble de l’activité à la recherche d’éléments malveillants, tels que l’infection par des logiciels malveillants.

Cependant, les pare-feu ne possèdent qu’un niveau de protection spécifique et ne peuvent pas contrer toutes les menaces. Un pare-feu sera ainsi inefficace pour protéger les utilisateurs contre les virus, les chevaux de Troie, les logiciels espions et les logiciels malveillants.

  • Un VPN pour protéger sa connexion : en milieu professionnel comme personnel, le VPN est une couche de sécurité dont on ne peut se passer. Cet outil offre, en effet, un chiffrement des données échangées (elles sont donc illisibles si elles sont détournées) et assure votre confidentialité en ligne en faisant transiter votre activité par des serveurs distants. De plus, aujourd’hui les solutions VPN sont pratiques à mettre en œuvre et ne ralentissent pas la connexion Internet. Il est même possible d’utiliser une extension VPN, comme un VPN Chrome par exemple, pour une utilisation simple et fluide sans nécessiter d’installation de logiciel.
  • Un logiciel antivirus : comme les pare-feu, le logiciel antivirus protège contre la plupart des menaces connues. Celui-ci doit être maintenu à jour régulièrement pour vous protéger des nouvelles menaces qui apparaissent chaque jour. Par ailleurs, certains VPN proposent une fonctionnalité antivirus offrant cette même protection contre les logiciels malveillants.
  • Une politique efficace en matière de mots de passe : deux pratiques sont à abandonner immédiatement. Les mots de passe simples et les mots de passe réutilisés partout. Un bon mot de passe doit être long, complexe et contenir des caractères spéciaux (ainsi que des chiffres et des lettres capitales). Surtout, chaque mot de passe doit être unique et n’être utilisé que pour un seul service en ligne. Il est essentiel de former les équipes sur le lieu de travail à ces pratiques pour sécuriser les données sensibles de l’entreprise.
  • Des logiciels mis à jour : un logiciel non mis à jour est une porte ouverte pour les pirates. Des failles de sécurité peuvent exister et offrir ainsi des cibles faciles pour les hackers. Sur le plan professionnel comme personnel, chaque logiciel doit être mis à jour régulièrement pour parer les éventuels problèmes de sécurité.

Geoffrey

Partagez cet article avec vos proches !

Laisser un commentaire