WhatsApp : faut-il accepter les nouvelles conditions d’utilisation ?

0
98
Whatsapp-conditions-utilisation

Depuis le samedi 15 mai, la célèbre application de messagerie instantanée WhatsApp, a mis à jour ses conditions d’utilisation. Que contiennent ces dispositions ? Quelles conséquences pour nos données confidentielles ? Faut-il accepter cette nouvelle mise à jour ? Nextnews.fr fait le point sur les conditions d’utilisation imposées par WhatsApp.

WhatsApp met à jour ses conditions d’utilisation

En janvier dernier, WhatsApp a renoncé à amorcer la mise à jour de ses conditions d’utilisation. En effet, les utilisateurs de la messagerie avaient exprimé leurs mécontentements à ce sujet. Ces derniers craignaient un partage des données confidentielles avec Facebook, la maison mère. La peur était tellement grande, qu’ils avaient menacé la firme de basculer vers les concurrents nommés Signal, Viber, Télégram ou encore Olvid.

« Nous savons qu’il y a eu de la confusion et de la désinformation à propos de cette mise à jour, et nous voulons aider tout le monde à comprendre nos principes et les faits », c’était défendu l’entreprise.

Le groupe a ainsi opté pour une transition en douceur. En cas de refus, les utilisateurs ne verront pas leurs comptes fermés comme cela était initialement prévu. L’heure est désormais venue pour la filiale de faire accepter à ses utilisateurs les nouvelles conditions de confidentialité.

Le partage des données avec Facebook

WhatsApp a mis en garde ses utilisateurs le 7 mai dernier. En cas de refus des conditions, il n’y aura pas de coupure à la plateforme. Vous recevrez cependant des rappels « persistants ». En revanche, si les utilisateurs persistent à refuser, ils pourront perdre petit à petit certaines fonctionnalités. Ainsi, vous recevrez encore les messages audios et vidéos, mais sans pouvoir accéder à votre liste de messages. Néanmoins, soyez vigilant. Après plusieurs semaines, vous ne recevrez plus aucun message ni appels et votre compte deviendra sans utilité. Si vous souhaitez pourvoir utiliser pleinement l’application, il va falloir accepter les conditions d’utilisation.

« Premièrement, vous allez donc accepter que Facebook intègre un peu mieux les fonctions de WhatsApp. Ce sont donc surtout des aspects techniques. Et deuxièmement, vous allez accepter que WhatsApp soit utilisé par des entreprises privées pour vous contacter. Par exemple, à l’époque, vous receviez votre billet d’avion par e-mail. Maintenant, ça pourrait être par WhatsApp. Voilà les deux principales choses qui vont être échangées », clarifie Antoine Delforge, juriste, doctorant à l’Unamur et chercheur au sein de la RTBF.

Par ailleurs en cas d’acceptation des nouvelles conditions « n’oubliez jamais que votre compte WhatsApp est directement lié à votre numéro de téléphone… Outre ce dernier, il est important de protéger l’accès à l’application elle-même – en activant l’authentification par empreinte digitale ou par FaceID ainsi que l’authentification deux facteurs », conseille dans une note « Me Claire Poirson, avocate associée au sein du cabinet Bersay, et Benoit Grunemwald, expert en cybersécurité chez ESET ».

La monétisation inéluctable de la plateforme WhatsApp

Selon les déclarations de l’entreprise, les données partagées entre Whatsapp et Facebook (Instagram et Messenger compris) comprennent les informations suivantes :

  • le numéro de téléphone,
  • le nom,
  • l’adresse IP pour géolocaliser,
  • les données relatives aux appareils de ses utilisateurs.

Si le partage des données s’intéresse aux contacts et aux informations du profil, il en est différent des messages envoyés. En effet, le contenu des messages envoyés entre les utilisateurs reste quant à lui chiffré. Le groupe souhaite ainsi monétiser sa plateforme en permettant aux annonceurs une prise de contact de leurs clients via WhatsApp.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'entrer un commentaire
Merci d'entrer votre nom ici