Épargne et PER : Nos bonnes pratiques pour alimenter régulièrement votre PER

Khaled D

Publié le

versement PER

Rejoignez-nous sur les réseaux :)

Alimenter régulièrement son Plan d’Épargne Retraite (PER) est une pratique essentielle pour assurer sa croissance et maximiser ses avantages à long terme. Parmi les bonnes pratiques à adopter figurent trois façons différentes.

Le titulaire doit faire des versements volontaires

Le titulaire doit faire des versements volontaires, que ce soit pour un PER individuel ou collectif. Les versements volontaires permettent aux épargnants de contribuer activement à leur PER en complément des versements automatiques ou obligatoires.

Cette flexibilité leur offre la possibilité d’ajuster leurs contributions en fonction de leur situation financière et de leurs objectifs d’épargne à court et long terme. Pour un PER individuel, les versements volontaires peuvent être effectués à tout moment, selon la disponibilité financière de l’épargnant.

Il peut choisir de faire des contributions régulières, par exemple chaque mois ou chaque trimestre, ou opter pour des versements ponctuels en fonction des rentrées d’argent ou des primes exceptionnelles.

Dans le cas d’un PER collectif, les versements volontaires peuvent également être envisagés par les salariés participants. Ces contributions supplémentaires viennent s’ajouter aux cotisations obligatoires déduites de leur salaire. Ils peuvent choisir de les effectuer de manière régulière ou ponctuelle, selon les modalités prévues par le plan d’épargne mis en place par leur employeur.

Sur le même thème :  Choisir son assurance-vie : Les critères pour prendre la bonne décision

Diversifier les sources de financement

Parmi les meilleures pratiques figure l’utilisation des sommes provenant de l’épargne salariale, notamment la participation, l’intéressement. Ces dispositifs permettent aux salariés de bénéficier d’une part des bénéfices de l’entreprise, contribuant ainsi à leur épargne retraite.

En effet, une partie de ces sommes peut être directement affectée au PER, offrant ainsi un moyen efficace d’augmenter ses contributions et de renforcer son épargne à long terme. De plus, l’abondement de l’employeur constitue un avantage précieux pour les salariés. Il s’agit d’une contribution financière supplémentaire versée par l’employeur sur le PER du salarié, généralement en complément de ses propres versements.

Cette contribution peut être soumise à certaines conditions, telles que la participation du salarié à un dispositif d’épargne salariale ou le respect d’une durée minimale d’ancienneté.

Quant aux droits inscrits au compte épargne-temps (CET), il permet aux salariés de convertir leurs droits à congés non pris ou autres avantages en épargne, qui peut ensuite être transférée vers le PER. Cela offre une opportunité supplémentaire aux salariés d’augmenter leurs contributions au PER sans affecter leur pouvoir d’achat actuel.

S’assurer de la présence de versements obligatoires

Pour garantir des versements réguliers dans son Plan d’Épargne Retraite (PER), il est indispensable de s’assurer de la présence de versements obligatoires. Ils peuvent être établis de différentes manières, selon les modalités du contrat de travail ou les dispositions légales et conventionnelles en vigueur.

Sur le même thème :  PER : Ne ratez pas ces conseils pour bien préparer votre retraite !

Dans certains cas, le salarié est tenu de verser une partie de son salaire ou de ses primes au PER, tandis que dans d’autres cas, l’employeur est également tenu de contribuer au PER de ses salariés.

Dans le cadre des PER obligatoires ou catégoriels, les entreprises sont souvent tenues de proposer un régime d’épargne retraite à leurs salariés, qui peuvent inclure des contributions obligatoires de la part du salarié, de l’employeur, ou des deux.

Khaled D