Vous envisagez un investissement à court terme en SCPI ? Pensez à ces points

Khaled D

Publié le

Rejoignez-nous sur les réseaux :)

Investir dans les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) attire de nombreux investisseurs souhaitant diversifier leur patrimoine et bénéficier d’un revenu régulier. Cependant, opter pour un investissement à court terme en SCPI présente certains inconvénients majeurs, qu’il est essentiel de prendre en compte avant de se lancer.

La liquidité des parts : un frein majeur à l’investissement

L’un des principaux inconvénients de l’investissement à court terme en SCPI réside dans la liquidité limitée de ses parts. En effet, les parts de SCPI ne sont pas aussi facilement négociables que le sont celles des actions ou obligations cotées en bourse. Ainsi, la vente rapide de ces parts peut s’avérer difficile, voire impossible si l’on cherche à réaliser un investissement à court terme.

Un processus de cession lent et incertain

Contrairement au marché boursier, où les transactions sont généralement rapides et instantanées, le processus de cession de parts de SCPI peut être très long et dépendre de nombreux facteurs externes, tels que le marché immobilier et la demande d’achat. Il est donc primordial de considérer cette notion de temps et d’évaluer les risques liés à ce manque de liquidité avant d’envisager une sortie précoce de son investissement.

Sur le même thème :  Quelles sont les SCPI qui sont revalorisées en 2022 ?

Le rendement potentiellement faible sur le court terme

Contrairement aux idées reçues, investir à court terme en SCPI ne garantit pas nécessairement un rendement élevé. En effet, il est important de prendre en compte les coûts inhérents à ce type d’investissement, qui peuvent engendrer un faible rendement net sur le court terme.

Les frais liés à l’acquisition des parts

Lors de l’achat de parts de SCPI, plusieurs frais sont généralement ajoutés au prix initial, tels que les frais d’entrée ou de gestion, les droits de mutation et autres commissions. Ces frais peuvent représenter jusqu’à 10% de la valeur du placement, réduisant ainsi le rendement net perçu par l’investisseur sur le court terme. Il est donc essentiel d’être conscient de ces frais additionnels avant de se lancer dans une opération à court terme.

Le revenu variable des dividendes

Les dividendes versés par les SCPI sont directement issus des loyers perçus par la société et peuvent donc varier en fonction des conditions locatives. Ainsi, si l’occupation des biens immobiliers n’est pas optimale sur une courte période, le revenu généré par les dividendes peut être moins important qu’escompté, limitant la rentabilité de l’opération à court terme.

Les risques locatifs accrus sur le court terme

En investissant à court terme en SCPI, les risques locatifs peuvent s’avérer plus importants, car l’investisseur ne bénéficie pas d’un portefeuille immobilier diversifié sur une période suffisamment longue pour assurer une stabilité de revenus locatifs.

Sur le même thème :  Optimisez votre héritage : Comment les SCPI changent la donne pour les seniors ?

Le taux d’occupation financier (TOF) : un indicateur clé

Le TOF représente le rapport entre les loyers effectivement perçus par la SCPI et les loyers théoriques en cas d’occupation totale. Un taux élevé signifie que la société est performante et possède des biens immobiliers occupés, garantissant ainsi un revenu régulier pour l’investisseur.

Cependant, à court terme, ce taux peut être directement impacté par plusieurs facteurs externes tels que la conjoncture économique ou les caractéristiques du marché locatif, conduisant à une variation des revenus locatifs et donc malheureusement à un risque plus élevé.

L’imprévisibilité du marché immobilier

Un autre inconvénient lié à l’investissement à court terme en SCPI concerne la fluctuation du marché immobilier. En effet, sur une courte période, il est difficile de prévoir avec précision les évolutions du marché, qui peuvent se traduire par une baisse de la valeur des parts ou des rendements locatifs moins intéressants pour l’investisseur.

La valorisation des parts dépendante du marché immobilier

Il ne faut pas oublier que le prix de vente de ses parts n’est pas garanti et est directement influencé par les fluctuations du marché immobilier. Ainsi, revendre des parts sur une courte période expose davantage à la volatilité de ce marché et peut entraîner une perte en capital si la valorisation des biens immobiliers décroît.

Conclusion : bien peser les inconvénients avant d’investir

En résumé, il est évident que l’investissement à court terme en SCPI présente plusieurs défis :

  • Liquidité limitée des parts,
  • Risques locatifs accrus,
  • Coûts inhérents pouvant limiter le rendement net,
  • L’imprévisibilité du marché immobilier.
Sur le même thème :  SCPI vs. immobilier locatif direct : quel est le meilleur choix d'investissement ?

Avant de se lancer dans ce type d’investissement, il est donc crucial de considérer ces différents éléments et de bien mesurer les risques associés. À moyen ou long terme, il apparaît que la SCPI reste un placement intéressant offrant généralement de meilleures perspectives en termes de rentabilité et de diversification.

Khaled D

Laisser un commentaire