Immobilier : Découvrez la vente à terme, la tendance actuelle pour se passer des prêts bancaires

Khaled D

Publié le

Rejoignez-nous sur les réseaux :)

L’achat immobilier à terme est une alternative intéressante pour ceux qui souhaitent devenir propriétaires d’un bien immobilier, mais disposent de moyens financiers limités. Ce dispositif présente plusieurs atouts, tant pour l’acquéreur que pour le vendeur, mais comporte également des spécificités à prendre en compte.

Le principe de l’achat immobilier à terme

L’achat immobilier à terme est une forme de vente différée, où la possession et la jouissance du bien sont remises à une date ultérieure. L’acquéreur verse alors une somme au départ, puis des échéances (mensuelles ou trimestrielles) jusqu’à la date convenue pour la prise de possession. Une fois cette date atteinte, le solde du prix est payé et le bien est transféré à l’acquéreur.

Les avantages de l’achat immobilier à terme pour l’acquéreur

Cette formule offre plusieurs avantages pour l’acheteur :

  • Il bénéficie d’une souplesse financière : les échéances peuvent être adaptées à sa capacité de financement et il n’a pas besoin d’emprunter la totalité du montant au départ.
  • La fiscalité peut être avantageuse si le vendeur est assujetti à l’impôt sur la plus-value immobilière : les échéances ne sont pas soumises aux taxes sur les intérêts, contrairement à un emprunt classique.
  • L’acquéreur peut potentiellement réaliser une opération immobilière à moindre coût, si la valeur du bien augmente sensiblement entre le début de l’opération et la date de prise de possession.
Sur le même thème :  Planifier un achat immobilier : Comment économiser pour l'apport initial ? Voici nos conseils

Les avantages pour le vendeur

De son côté, le vendeur peut également profiter d’avantages non négligeables :

  • Il perçoit des revenus réguliers grâce aux échéances versées par l’acheteur;
  • Le montant total de la vente peut être supérieur à celui obtenu lors d’une transaction classique, puisque l’acheteur est prêt à payer pour différer la prise de possession;
  • La fiscalité, là encore, peut être favorable : en cas de plus-value réalisée lors de la vente, celle-ci est étalée sur la durée de l’étalement du paiement;
  • Enfin, le vendeur pourrait bénéficier d’un délai supplémentaire pour quitter le logement ou utiliser le produit de la vente pour financer un autre projet immobilier.

Les particularités juridiques et financières de l’achat immobilier à terme

Si l’achat à terme offre des atouts indéniables, il nécessite également de prendre en compte certaines spécificités qui peuvent impacter l’opération.

La rédaction du contrat

Le contrat de vente à terme doit être établi par acte notarié et mentionner :

  • La date de prise de possession du bien;
  • Les modalités de paiement (somme initiale, montant et périodicité des échéances) ;
  • Les conditions suspensives éventuelles (par exemple, l’obtention d’un prêt ou la réalisation de travaux sur le bien).

L’acte authentique précise également les conséquences en cas de non-respect des échéances de paiement. En règle générale, le vendeur peut exiger la résiliation du contrat si l’acquéreur tarde à verser une partie substantielle du prix convenu.

Les frais annexes

Bien que les intérêts ne soient pas soumis à la fiscalité, d’autres frais peuvent s’appliquer lors d’une vente à terme :

  • Les droits de mutation, comme pour toute transaction immobilière;
  • Les frais notariés liés à l’établissement du contrat;
  • Les charges liées au bien immobilier : taxes foncières et d’habitation, assurance propriétaire non occupant, etc., qui restent à la charge du vendeur jusqu’à la prise de possession;
  • Enfin, les frais de financement : si l’acquéreur fait appel à un crédit immobilier classique pour financer une partie de l’achat, il devra s’acquitter des intérêts et des frais de dossier correspondants.
Sur le même thème :  Immobilier : Nos conseils pour faire face aux périodes creuses dans votre location courte durée

Il convient donc d’effectuer un bilan global avant de se lancer dans une opération d’achat immobilier à terme, afin de vérifier la pertinence économique du projet par rapport à une acquisition classique.

Différences entre l’achat immobilier à terme et le viager

Si l’achat à terme présente certaines similitudes avec une autre forme de vente différée, le viager, il convient de noter les différences majeures qui les distinguent :

  • Dans le cas du viager, la prise de possession est conditionnée au décès du vendeur, ce qui rend l’échéance incertaine. L’achat à terme offre davantage de visibilité sur la date de transfert du bien.
  • Les modalités de paiement sont également différentes : En viager, l’acheteur verse une rente viagère, dont le montant peut être révisé régulièrement, alors que les échéances de l’achat à terme sont déterminées à l’avance et restent fixes durant toute la période.
  • Enfin, la fiscalité n’est pas la même : Les rentes viagères bénéficient d’un abattement pour les droits de mutation, tandis que les échéances de l’achat à terme peuvent être sujettes aux prélèvements sociaux (en fonction de la situation fiscale du vendeur).

Il est donc important de bien distinguer l’achat immobilier à terme du viager, ces deux dispositifs répondant à des besoins et des objectifs différents pour les parties concernées.

Sur le même thème :  Transmission de Patrimoine : Optimisez votre succession avec une SCI (Société Civile Immobilière)

L’achat immobilier à terme permet d’acquérir un bien en différant la prise de possession et le paiement intégral du prix. Ce dispositif présente des avantages financiers et fiscaux pour l’acheteur et le vendeur, mais requiert une attention particulière quant aux spécificités juridiques et aux frais annexes. Chaque situation étant unique, il est essentiel de bien s’informer et d’établir un bilan global avant de se lancer dans cette opération immobilière innovante.

Khaled D